• Un jour à la fois

     

    bon bon!

     

     


    1 commentaire


  • Un jour à la fois






    Un blog…

    Une fenêtre,

    Ou/et une porte

    L’une et/ou l’autre , ouverte(s) sur le monde

    Sur son monde

     

    Le meilleur ou la pire des choses ?

    Le risque d’avoir des visiteurs indésirables

    Mais il est vrai qu’ils sont tellement minimes et insignifiants !

     

    Mon blog,

    Ma porte entr’ouverte vers le monde dans lequel je vis

    Une fenêtre entre baillée pour vous laisser découvrir une infime partie de moi

     

    Mon monde et celui que je crée…

    1 commentaire


  • Qu’il pleuve ou non,

    Si le soleil brille ou s’il se cache…

    L’arbre est là, il attend !

    Je m’attarde sous ses feuilles

    Lorsqu’il fait beau,

    Je l’écoute

    sous les branches

    J’aime m’asseoir sur un banc

    Regarder les passants

    Ecouter les oiseaux :

    Pie, pigeons…perruches

    J'aimerais me loger dans son creux

    bien à l'abri,



    Et celui-là,

    Ne dirait-on point qu’il se penche

    Pour écouter nos confidences ?

    Nos souffrances ?

     


    Sortant du métro je me hâte

    Vers eux

    M’attarde sous leurs bras,

    Leur confie mon inquiétude…

     

    Lorsque je sors,

    Je sais qu’ils sont là

    Sûrs, solides

    Me confiant un peu de leur force

     

    Je les aime ces arbres

     

    Brigitte, aujourd’hui


    7 commentaires

  • Un jour à la fois




    juste comme ça,

    pour le plaisir et la beauté!


    2 commentaires




  • Sur cette terre vouée au désastre
    Nous tenons nous résistons
    Nous nous arc-boutons
    Contre vents et marées
    Défiant le soleil des armes
    Son éclat meurtrier.

    Car il faut persister persister sans fin
    Dans l’âpreté des jours
    Comme si l’on ne devait jamais mourir…

    Dans ce poème ce n’est pas moi qui vous parle
    Dans ce poème ce n’est pas ma voix que vous entendez
    Mais ce qui me traverse et me maintient :
    L’ombre désespérée de la beauté
    Cet espoir infini au cœur des hommes

    Car dans nos mains qui tremblent
    Cette petite lueur de l’espoir
    Est une veilleuse fragile
    Au cœur de la nuit carnassière…
    Bernard Mazo

    Poème publié dans l'anthologie Une salve d'avenir.

     L'espoir, anthologie poétique, parue chez Gallimard en Mars 2004

    http://www.printempsdespoetes.com/la_manifestation/index.php


    2 commentaires


  • MES TEXTES



    J'ai été hospitalisée et opérée, maintenant que je suis rentrée, je peux vous dire que ça s'est bien passé.
    Il me reste à attendre les résultats des analyses mais ça ne sert à rien que je me tracasse maintenant.


    Heureusement, les infirmières de la clinique sont moins distraites que celle du dessin ci-dessus!

    6 commentaires


  • Mon enfant, ma soeur,
    Songe à la douceur
    D'aller là-bas vivre ensemble !
    Aimer à loisir,
    Aimer et mourir
    Au pays qui te ressemble !
    Les soleils mouillés
    De ces ciels brouillés
    Pour mon esprit ont les charmes
    Si mystérieux
    De tes traîtres yeux,
    Brillant à travers leurs larmes.
    ….

    Vois sur ces canaux
    Dormir ces vaisseaux
    Dont l'humeur est vagabonde ;
    C'est pour assouvir
    Ton moindre désir
    Qu'ils viennent du bout du monde.
    - Les soleils couchants
    Revêtent les champs,
    Les canaux, la ville entière,
    D'hyacinthe et d'or ;
    Le monde s'endort
    Dans une chaude lumière.

    Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
    Luxe, calme et volupté.
    Charles BAUDELAIRE (1821-1867)

    1 commentaire
  • Dans ma maison vous viendrez
    D'ailleurs ce n'est pas ma maison
    Je ne sais pas à qui elle est
    Je suis entré comme ça un jour
    Il n'y avait personne
    Seulement des piments rouges accrochés au mur blanc
    Je suis resté longtemps dans cette maison
    Personne n'est venu
    Mais tous les jours et tous les jours
    Je vous ai attendu

    Je ne faisais rien
    C'est-à-dire rien de sérieux
    Quelque fois le matin
    Je poussais des cris d'animaux
    Je gueulais comme un âne
    De toute mes forces
    Et cela me faisait plaisir
    Et puis je jouais avec mes pieds
    C'est très intelligent les pieds
    Ils vous emmènent très loin
    Quand vous voulez aller très loin
    Et puis quand vous ne voulez pas sortir
    Ils restent là ils vous tiennent compagnie
    Et quand il y a de la musique ils dansent
    On ne peut pas danser sans eux
    Il faut être bête comme l'homme l'est souvent
    Pour dire des choses aussi bêtes
    Que bête comme ses pied gai comme un pinson
    Le pinson n'est pas gai
    Il est seulement gai quand il est gai
    Et triste quand il est triste ou ni gai ni triste
    Est-ce qu'on sait ce que c'est un pinson
    D'ailleurs il ne s'appelle pas réellement comme ça
    C'est l'homme qui a appelé cet oiseau comme ça
    Pinson pinson pinson pinson
    …..

    Dans ma maison tu viendras
    Je pense à autre chose mais je ne pense qu'à ça
    Et quand tu seras entrée dans ma maison
    Tu enlèveras tous tes vêtements
    Et tu resteras immobile nue debout avec ta bouche rouge
    Comme les piments rouges pendus sur le mur blanc
    Et puis tu te coucheras et je me coucherais près de toi
    Voilà
    Dans ma maison qui n'est pas ma maison tu viendras
    .

    Jacques Prévert


    MES TEXTES



    1 commentaire

  • Si vous voulez connaître la lie des sentiments humains,

     penchez-vous sur les sentiments que nourrissent des femmes envers les autres femmes:
    vous frissonnerez d'horreur devant tant d'hypocrisie,
    de jalousie,
    de méchanceté,
    de bassesse.


    Amélie Nothomb

    Extrait de "Hygiène de l'assassin"

    MES TEXTES

    
    

    1 commentaire

  • Hochets à musique

    Hochets fantastiques

    Vous m’emportez en voyage

    A travers mes âges

     

    Hochets,chant,djembé et clarinette,

    ceux du trombone et de la cornemuse…

    Hochets de mon jardin, hochets pâquerette,

    tous les instruments qui m’amusent…

     

    Vous êtes là, vous m’entourez :

    avec bonheur je vous agite ;

    vous m’aidez à ne pas sombrer,

    m’empêchez de prendre la fuite !

     

    Hochets de mon présent,

    me distrayez de mes tourments.

    Hochets de mon passé,

    vous tentez de me faire oublier…

     

    Vous mes hochets d’aujourd’hui,

    m’aidez à découvrir mes amis ….

    Un jour vous serez près de moi simplement

    Pour vivre ma vie plus calmement !

     

             ©Brigitte, samedi 14 février , 2h07

     

     

    MES TEXTES



    1 commentaire


  • les arbres

    peut-être parce que, pour moi,

    ils représentent la vie,

    droits et fiers,

    forts

    ou bien...

    penchés vers nous

    pour nous écouter

    j'aime les arbres!

    MES TEXTES



    2 commentaires


  • ...
    Mais Nicolas, il veut pas qu'on l'embête
    tout ce qu'il a dans la tête
    c'est qu'il veut rentrer chez lui
    Je veux pas rester ici

    Et puis c'est la valise qu'on défait dans la cuisine
    l'odeur du bouillon froid, le chat noir dans la bassine
    les voix qui montent au long du mur
    la chambre est par ici

    enfin c'est les adieux qui vont à la poitrine
    faut être raisonnable, on a promis des tartines
    ce soir tu dormiras bien mieux
    au milieu du grand lit

    ....
    William Sheller




    1 commentaire


  • ....ton amie

    Je saurai être ton amie
    Si tu veux me parler au milieu de la nuit
    Si tu veux raconter si tu as des ennuis
    Me parler de ta vie

    Tu sais je sais être une amie
    Et je les reconnais tous ceux qui m'ont trahie
    Quand plus rien n'était simple au détour de ma vie
    En plein cœur de la nuit

    Tu sais le moment vient où il faut être là
    On a vraiment besoin
    De quelqu'un près de soi
    Et si tu veux de moi

    .....

    France Gall


    3 commentaires
  • MES TEXTES


    votre commentaire
  • ....ton amie

    Je saurai être ton amie
    Si tu veux me parler au milieu de la nuit
    Si tu veux raconter si tu as des ennuis
    Me parler de ta vie

    Tu sais je sais être une amie
    Et je les reconnais tous ceux qui m'ont trahie
    Quand plus rien n'était simple au détour de ma vie
    En plein cœur de la nuit

    Tu sais le moment vient où il faut être là
    On a vraiment besoin
    De quelqu'un près de soi
    Et si tu veux de moi

    .....

    France Gall



    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires