•  

     {Refrain:}
    On s'rait bien mieux en ces beaux jours
    Si ce n'était, si ce n'était
    On s'rait bien mieux en ces beaux jours
    Si ce n'était manque d'amour

    Chaque matin, sur ton chemin
    Un jour se lève pareil à l'autre
    Tes rêves aussi s'en vont vieillir
    Comme les autres
    Les nouvelles du patelin
    La mort de ton voisin
    Bien sûr, bien sûr, il était déjà vieux
    Un étranger dans le train
    L'inconnu qui te tend la main
    Ça te bouleverse un peu
    Et pourtant, et pourtant
    {x2:}
    Du lundi au lundi
    Ça ne change pas grand-chose


    ......



    Et si on s'inventait une histoire
    Une autre, une nouvelle
    Une histoire où tous les grands
    Tous les puissants de la Terre
    Finiraient par se pendre... de honte
    Et si l'on s'inventait un pays
    Moi, je connais des chemins
    Où les pierres sont tendres
    Je connais des prairies, des bois
    Des plantes, des fleurs
    En avril, je te promets nous irons voir
    Les abeilles dans les ajoncs
    Les fauvettes et les canards
    {x2:}
    Qui comme les maçons s'y préparent
    A bâtir maison

    {au Refrain, x2}




     

    Jofroi

    Si ce n'était manque d'amour

    Paroles et Musique: Jofroi   1976  "Si ce n'était manque d'amour"
    © Editions Musicales MK


    2 commentaires


  • Je suis...


    2 commentaires


  • Je suis...



    Je suis...



    Je suis...




    7 commentaires
  • Je suis...

     

     Tout vient à point...


    Enfin des nouvelles de la rencontre de blogueurs organisée en 2009

    au profit de la Maison du coeur

    de Hannut



    http://lesblogueursontducoeur.skynetblogs.be/

    dyn001_original_640_480_pjpeg__fafed08e719e22b082b8c3a4884fdbf1

     

    Et bien voilà,

    Depuis la rencontre des blogueurs en septembre, beaucoup de choses se sont passées.

    Nous avions rendu toute la comptabilité à 

    Monsieur Withofs  en lui demandant

    qu’il nous communique le montant

    du bénéfice de la soirée.

     

    dyn010_original_640_427_pjpeg_59928_b19f9ff52796d60d7070e31608c4eb7e


    Mais  suite à des soucis familiaux,de part et d'autre,  puis de santé ,cela a été oublié.


    Sachant que , comme nous, vous êtes curieux de savoir combien nous avons récolté….nous avons  essayé de recontacter Monsieur Withofs...

     etui-regulart-alu-ben-enfin

    Et voilà, nous avons la nouvelle !!!!!!

     

    Grâce à vous, grâce à cette rencontre,

    le bénéfice de la soirée est de 1219 €

    Et oui, vous avez bien lu !

    C'est plus qu'en 2008!

     

    dyn005_original_640_426_jpeg_2634218_18974c5f0616380abc14fea589577980

     

    merci à vous tous qui avez participé de loin ou de près à cette rencontre

     

     

    merci_034


    3 commentaires

  • Au retour, me voici,
    attendant un bus De Lijn…

    Un monsieur me rejoint
    et s’assied près de moi.

    « J’ai 84 ans » me dit-il.

    Il avait eu envie de manger autrement et avait pris un bus au hasard.

    S’était retrouvé au Quick d’Anderlecht et…n’y avait pas trouvé ce qu’il cherchait.

    Il était là, il me semblait fragile
    et fort à la fois.

    "J’ai un fils qui s’est suicidé il y a 6 ans."

    Je ne me remets pas .

    Sans me connaître , il me livrait son histoire et…sa tristesse.

    "Ma femme est morte il y a 6 ans aussi"

    Sa solitude aussi.
    Ses quatre enfants habitent la même commune que lui.

    « Vous comprenez, ils travaillent ,
    alors le soir ils sont fatigués »

    Il me dit alors qu’une dame de sa rue
    a 100 ans.

    Comme je lui répondais
    que je ne pensais pas
    que j’irais jusqu’à 80 ans,
    il me regarda bien en face
    et me répondit :
    « personne ne sait dire
    quand ça s’arrête,
    mais moi, j’attends ».

    En une journée, j’ai été confrontée à la vie,
    à la mort .

    Cela m’a ramené à mes propres idées
    par rapport à la durée de vie,
    au suicide…
    et à ce que je pense de la mort,
    à ce que je pense de ma mort.

    Comme je l’écrivais dans le post précédent,
    je n’imaginais pas à quel point
    je serais chamboulée aujourd’hui.

    Et…je continue à cogiter !

     

    Je suis...



    2 commentaires


  • Je n’imaginais pas , ce matin,

    à quel point je serais bouleversée 

    en assistant à une célébration

    autour d’une amie décédée la semaine passée.

     

    Une amie…

    Et pourtant, je ne l’avais pas rencontrée souvent.

    J’avais régulièrement de ses nouvelles d’elle

    et de sa fille, 

    par une amie commune.

    Granny, c’est comme cela que

    tout le monde l’appelle.

    Discrète, elle semait ses petites graines d’amour en chaque personne

    qui croisait sa route.

    Elle est partie discrètement aussi,

    doucement, sans bruit,

    elle qui rêvait de faire

    encore plein de choses avec ses amis.

    La chanson que nous avons écoutée

    au début de la célébration  m’a fort émue.

    Je ne connaissais pas cette chanson

    de Linda Lemay….

     

    Une mère
    C’est là qu’ça nous protège
    Avec les yeux pleins d’eau
    Les cheveux pleins de neige

    Une mère
    A un moment, ça s’courbe,
    Ca grince quand ça s’penche
    Ca n’en peut plus d’être lourde
    Ca tombe, ça se brise une hanche
    Puis rapidement, ça sombre
    C’est son dernier dimanche
    Ca pleure et ça fond à vue d’oeil
    Ca atteint la maigreur des plus petits cercueils
    Oh, bien sûr, ça veut revoir ensemble
    Toute sa progéniture entassée dans sa chambre
    Et ça fait semblant d’être encore forte
    Jusqu’à c’que son cadet ait bien r’fermé la porte.

    Et lorsque, toute seule ça se retrouve
    Ça attend dignement qu’le firmament s’entrouvre
    Et puis là, ça se donne le droit
    De fermer pour la première fois
    Les deux yeux à la fois.

    Une mère
    Ca n’devrait pas partir
    Mais on n’y peut rien faire
    Mais on n’y peut rien dire

    Linda Lemay.

     

    Il y avait beaucoup d’émotion,

    nous avions peine à retenir nos larmes

    mais je crois que ce que mon amie

    m’a confié après la célébration

    est "juste"

    « elle est toujours vivante »

    Oui, ce que Granny a semé va continuer

    à porter ses fruits

    L’ave maria, la Sonate au clair de lune

    …ses airs préférés

    et pour se quitter,

    la chanson de Jean-Jacques Goldman

    Et puisque tu penses
    Comme une intime évidence
    Que parfois même tout donner n'est pas forcément suffire
    Puisque c'est ailleurs
    Qu'ira mieux battre ton cœur
    Et puisque nous t'aimons trop pour te retenir

    Puisque tu pars

    Que les vents te mènent
    Où d'autres âmes plus belles
    Sauront t'aimer mieux que nous puisque l'on ne peut t'aimer plus
    Que la vie t'apprenne
    Mais que tu restes le même
    Si tu te trahissais nous t'aurions tout à fait perdu

    Garde cette chance
    Que nous t'envions en silence
    Cette force de penser que le plus beau reste à venir
    Et loin de nos villes
    Comme octobre l'est d'avril
    Sache qu'ici reste de toi comme une empreinte indélébile

    Jean-Jacques Goldman

     

    Et puis, surprise…j’ai retrouvé ce matin, Yasmina du blog

    http://couleuraurore.skynetblogs.be/

     

    Il paraît que les personnes du blog

    http://lesjardinsdepomone.skynetblogs.be/

    étaient là aussi.


    1 commentaire


  • http://www.myspace.com/laradio2laclic



    Je suis...

    http://www.myspace.com/laradio2laclic

     


    4 commentaires


  • coucher de soleil.


    4 commentaires


  • pâques


    2 commentaires

  • 1 commentaire


  • demain....



    pâques


    votre commentaire


  • 2 commentaires

  • votre commentaire




  • ...d'éclaircies et de passages nuageux !


    promenade.



    promenade.


    promenade.


    votre commentaire


  •  

    Combien de temps...
    Combien de temps encore
    Des années, des jours, des heures, combien ?
    Quand j'y pense, mon coeur bat si fort...
    Mon pays c'est la vie.
    Combien de temps...
    Combien ?

    Je l'aime tant, le temps qui reste...
    Je veux rire, courir, pleurer, parler,
    Et voir, et croire
    Et boire, danser,
    Crier, manger, nager, bondir, désobéir
    J'ai pas fini, j'ai pas fini
    Voler, chanter, parti, repartir
    Souffrir, aimer
    Je l'aime tant le temps qui reste
    .....
    Serge Regianni



    3 commentaires