•  

     

    c'était en août,

    près de Gessopalena

    dans les Abruzzes

     

    vue depuis notre jardin

     

     

    Soleil, soleil...

     

    Soleil, soleil...

     

    Soleil, soleil...

     

    Soleil, soleil...

     

     

    et de la musique,

    encore et encore....

    Soleil, soleil...


    1 commentaire
  •  

     

    "Femmes et hommes de la texture de la parole et du vent qui tissez des tissus de mots au bout de vos dents,


    Ne vous laissez pas attacher,
    ne permettez pas qu'on fasse sur vous des rêves impossibles...


    On est en Amour avec vous tant que vous correspondez au rêve que l'on a fait sur vous,
    alors le fleuve Amour coule tranquille,
    les jours sont heureux sous les marronniers mauves,


    Mais s'il vous arrive de ne plus être ce personnage qui marchait dans le rêve,
    alors soufflent les vents contraires,
    le bateau tangue, la voile se déchire,
    on met les canots à la mer,
    les mots d'Amour deviennent des mots-couteaux qu'on vous enfonce dans le coeur.
    La personne qui hier vous chérissait vous hait aujourd'hui;
    La personne qui avait une si belle oreille pour vous écouter pleurer et rire
    ne peut plus supporter le son de votre voix.
    Plus rien n'est négociable
    On a jeté votre valise par la fenêtre,
    Il pleut et vous remonter la rue dans votre pardessus noir,


    Est-ce aimer que de vouloir que l'autre quitte sa propre route et son propre voyage?
    Est-ce aimer que d'enfermer l'autre dans la prison de son propre rêve?


    Femmes et hommes de la texture de la parole et du vent
    Qui tissez des tissus de mots au bout de vos dents


    ne vous laissez pas rêver par quelqu'un d'autre que vous même


    Chacun a son chemin qu'il est seul parfois à comprendre.
    Femmes et hommes de la texture de la parole et du vent,


    Si nous pouvions être d'abord toutes et tous et avant tout et premièrement des amants de la vie,
    alors nous ne serions plus ces éternels questionneurs,


    Ces éternels mendiants qui perdent tant d'énergie
    et tant de temps à attendre des autres des signes,
    des baisers, de la reconnaissance


    Si nous étions avant tout et premièrement des amants de la vie,


    Tout nous serait cadeau


    Nous ne serions jamais déçus


    On ne peut se permettre de rêver que sur soi-même


    Moi seul connait le chemin qui conduit au bout de mon chemin
    Chacun est dans sa vie
    et dans sa peau...
    A chacun sa texture
    son message et ses mots"

    Julos Beaucarne, Femmes et hommes


    1 commentaire
  •  

     

    et bien,

    voilà Kili qui s'y met!

    cette fois,

    c'est l'accordéoniste du groupe

    qui a retrouvé Kili das la boîte de son instrument

     

     

    Kili

     


    2 commentaires
  •  

    toujours cette émission consacrée à Maxime Leforestier

    cette chanson-ci...pour Julien Clerc

    dans l'émission ,Julien Clerc et Maxime

    la chantent à deux

     

     

    .....

    Elle n'est pas donnée à tout le monde
    La chance de s'aimer pour la vie
    10 ans 10 mois 10 secondes
    Et nous voici
    A plonger dans les eaux troubles
    De mes souvenirs lointains
    Si quelquefois je vois double
    C'est que l'enfance me revient

    Double vie double silence
    Double sens et double jeu
    Silencieux le coeur balance
    Pourquoi les parents sont-ils deux
    On voit du pays on voyage
    Chaque semaine et chaque été
    Des souvenirs qui déménagent
    Et qu'on ne peut pas raconter...

     


      


    1 commentaire
  •  

    Voici une petite voiture qui me plairait bien

     

     

    Souvenir d'Italie :-)


    2 commentaires
  •  

    je regarde ce soir une émission que j'ai enregistrée

    et qui est consacrée à Maxime Leforestier

    que du bonheur

    voici une chanson de Maxime

    magnifique

     

     

    Même si les gares si les regards
    Indifféremment nous séparent
    De plus en plus souvent
    Même si se tiennent ta main la mienne
    Pour la fin des temps que nos vies deviennent
    Celles de tous les gens

    Quoi qu'il advienne restons amants
    Restons amants des impatiences
    Des minutes qui sont comptées
    Des trésors de ruse et de science
    Pour se retrouver

    Restons amants des corps à corps
    Des peaux qui savent où se trouver
    Laissons les coeurs qui battent encore
    L'un à l'autre mêlés

    La petite mort
    L'éternité...

    .....


    votre commentaire
  •  

     

    Cette fois, c'est Bouli qui prend sa place

    dans un étui...de guitare.


    Bouli...musicien?

     

    je ne sais pas,

    j'ai sans doute bougé en prenant la photo

    mais,

    j'adore ses yeux!


     

    Bouli...musicien?



    4 commentaires
  •  

     

    Le Soleil a rendez-vous avec la lune

     

     

     

     

    Le Soleil a rendez-vous avec la lune


    1 commentaire
  •  

    "Comme un bateau dérive
    sans but et sans mobile
    je marche seul dans la ville
    tout seul et anonyme

    la ville et ses pièges
    ce sont des privilèges
    je suis riche de ça
    mais ça ne s'achète pa

    et j'm'en fous, j'm'en fous de tout
    de ces chaînes qui pendent a nos cous
    j'm'enfuis, j'oublie
    je m'offre une parenthèse, un sursis

    je marche seul
    dans les rues qui se donnent
    et la nuit me pardonne, je marche seul
    en oubliant les heures,
    je marche seul
    sans temoin, sans personne
    que mes pas qui resonnent, je marche seul
    acteur et voyeur

    ....."

     


    3 commentaires
  •  

    Moi, c'est toute l'année!


     

    Journée sans voiture?



    3 commentaires

  •  

    Concert à la Monnaie


    Pascal

    m'a accompagnée à

    un concert de midi à La Monnaie,

    http://www.lamonnaie.be/fr/15/192/

    le concert était donné dans le cadre du Klara festival

    Laurence,

    qui ne raffole pas de musique classique

    nous a rejoint après

     

     

    Concert à la Monnaie


    5 commentaires
  •  

     

    Aimer,

    ce n'est pas emprunter des routes toutes tracées et balisées.

    C'est avancer

    en funambule au-dessus de précipices

    et savoir qu'il y a quelqu'un au bout

    qui dit d'une voix douce et calme :  

    avance, continue d'avancer,

    n'aie pas peur, tu vas y arriver,


    [Philippe Besson]


    Aie confiance!



    3 commentaires
  •  

    ......

    Elle ressort de sa tanière, la nazi-nostalgie:
    Croix gammée, bottes à clous, et toute la panoplie.
    Elle a pignon sur rue, des adeptes, un parti...
    La voilà revenue, l'historique hystérie!

    Anne, ma sœur Anne,
    Si j' te disais c' que j'entends,
    Anne, ma sœur Anne,
    Les mêmes discours, les mêmes slogans,
    Les mêmes aboiements!

    Anne, ma sœur Anne,
    J'aurais tant voulu te dire, p'tite fille martyre:
    "Anne, ma sœur Anne,
    Tu peux dormir tranquille, elle reviendra plus,
    La vermine!"

    Mais beaucoup d'indifférence, de patience malvenue
    Pour ces anciens damnés, beaucoup de déjà-vu,
    Beaucoup trop d'indulgence, trop de bonnes manières
    Pour cette nazi-nostalgie qui ressort de sa tanière... comme hier!

    Louis Chedid


    votre commentaire
  •  

     

    "Dans nos ténèbres,

    il n'y a pas une place pour la beauté.  

    Toute la place est pour la beauté."

    René Char

     

     

    Photos prises dans les Abruzzes

     

    Photos prises dans les Abruzzes

     

     

    Photos prises dans les Abruzzes

     

     

    Photos prises dans les Abruzzes


    3 commentaires
  •  

    Comme je l’ai affiché en haut à gauche de mon blog,

    je programme mes posts pour 8h et 22h .

    (Je vais d’ailleurs devoir re-programmer une série d’articles).

    Il m’est arrivé d’en rajouter pour un concert ou une émission.

     

    Cela me permet d’aller plus souvent vous rendre visite

    et faire connaissance avec de nouveaux blogs,

    en réduisant mon temps passé sur le net.

     

    Je me suis donné une petite dizaine de minutes ce matin

    et je lis de nouvelles méchancetés sur un blog.

    Mais comment est-il possible

    de passer son temps à jeter de l’huile sur le feu,

    à dire du mal,

    à monter les gens les uns contre les autres ?

    Il faut vraiment n’avoir rien à faire de sa vie,

    être méchant(e) et lâche,

    pour aller ainsi,

    sous le couvert de l’anonymat,

    distiller son venin à tout vent.


    J'aurais pu faire comme si de rien n'était...

    Mais non, alors que le calme semblait revenu,

    voilà qu'une personne

    (elle doit être malade dans sa tête)

    recommence avec ses élucubrations!

    RAS LE BOL!


    Voilà, c’était mon coup de gueule d’aujourd’hui.

    J’en fais rarement

    et je m’en vais quitter le monde des blogs

    pour aller faire de la musique.

    C’est infiniment plus agréable !


    Ecoeurée



    4 commentaires