• Un beau texte de Charlie Chaplin

    Je le connaissais mais un ami me l'a envoyé cette semaine

     

    Le jour où je me suis aimé pour de vrai, 
j’ai compris qu’en toutes circonstances,

    
j’étais à la bonne place, 
au bon moment. 
et, alors, j’ai pu me relaxer. 



     

    Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Estime de soi


    
Le jour où je me suis aimé pour de vrai,


    j’ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle,

    
n’étaient rien d’autre qu’un signal lorsque je vais à l’encontre de mes convictions. 




    Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Authenticité


    
Le jour où je me suis aimé pour de vrai,

    j’ai cessé de vouloir une vie différente 


    et j’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrive

    contribue à ma croissance personnelle.

     

    

Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Maturité


    
Le jour où je me suis aimé pour de vrai,

    j’ai commencé à percevoir l’abus
 dans le fait de forcer une situation,

    ou une personne, 
dans le seul but d’obtenir ce que je veux,

    sachant très bien que ni la personne 
ni moi-même

    ne sommes prêts et que ce n’est pas le moment.

     

    

Aujourd'hui, je sais que ça s’appelle Respect


    
Le jour où je me suis aimé pour de vrai,

    j’ai commencé à me libérer 
de tout ce qui ne m’était pas salutaire,

    personnes, 
situations,

    tout ce qui baissait mon énergie. 


    Au début, ma raison appelait ça de l’égoïsme. 



     

    Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Amour Propre


    
Le jour où je me suis aimé pour de vrai,

    j’ai cessé d’avoir peur du temps libre 
et j’ai arrêté de faire de grand plans, 


    j’ai abandonné les méga-projets du futur. 


    Aujourd’hui, je fais ce qui est correct, ce que j’aime, 
quand ça me plait et à mon rythme. 



     

    Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Simplicité


    
Le jour où je me suis aimé pour de vrai,

    j’ai cessé de chercher 
à toujours avoir raison

    et me suis rendu 
compte de toutes les fois où je me suis trompé. 



     

    Aujourd’hui, j’ai découvert l'Humilité


    Le jour où je me suis aimé pour de vrai, 


    j’ai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir,


    mais si je la mets au service de mon coeur,
 elle devient un allié très précieux. 



     

     

    Charlie Chaplin


    S'aimer pour de vrai


    6 commentaires
  •  


    3 commentaires
  •  

     

    Chut ! On dort !

     

    Chut ! On dort !

     

    Chut ! On dort !

     

     


    1 commentaire
  •  

    UN AN DEJA !

    Taô

     

    Ballade pour deux

    Refrain

    Main dans la main

    Malgré les pierres sur leur chemin

    Ils avancent à deux

    Et rendent chacun heureux

    1.

    « Il était une fois » a commencé

    Il y a quelques 13 années

    Sans vouloir se marier

    Ils ont choisi de s’ engager

    2.

    Petit Simon est arrivé

    Il leur fallait mieux se loger

    Se sont installés « rue des Pages »

    Avec Sean, sage comme une image

    3.

    Pascal  Lolo et Internet !

    Ils s’inscrirent sur skynet

    Rencontrèrent des blogueurs

    A qui ils ouvrirent leur cœur

    4.

    « L a vie est belle »quelle aventure

    A l’origine , deux cœurs purs

    Toujours joyeux et accueillants

    Deux amis avec une âme d’enfant

    5.

    Malgré les tuiles qui tombent du ciel

    Inventent une vie au goût de miel

    Puisant dans leur réservoir d’amour

    Ce qui les fait avancer encore et toujours

    6.

    Déjà unis dans le réel

    Aujourd’hui c’est officiel

    Papa, maman, Sean et Simon,

    Avec eux, la vie c’est tout bon.

    ©Brigitte D.

     

    Taô


    5 commentaires
  • Il s'agit d'un opéra de Giuseppe Verdi

    Il trovatore

     

    Si ma maman écoutait beaucoup de chant lyrique,

    mon papa, lui, écoutait des airs d'opéra.

    Et moi, j'étais entre ces deux formes musicales:

    en pleine adolescence,

    je rêvais de jouer de la guitare électrique

    et

    de la cornemuse.

    A cette époque, j'ai commencé à détester, et le chant et l'opéra,

    mais....les airs me rentraient dans les oreilles

    et s'y sont fait un petit nid.

    Depuis quelques années, j'ai beaucoup de plaisir

    à réécouter et à chanter les fameux airs que j'entendais à la maison

    je joue de la guitare et de la cornemuse (pas très bien)

    et pendant deux ans j'ai suivi le cours de chant à l'Académie de musique.

    Tout ceci pour vous dire que pour la première fois de ma vie,

    je suis allée

    (aujourd'hui après-midi)

    à l'opéra,

    pour découvrir en vrai ce

    "Il Trovatore"

    qui me cassait les oreilles quand j'avais quinze ans !

    La Monnaie - Il Trovatore

    Si quelqu'un m'avait dit qu'un jour j'irais

    écouter cet opéra

    et que j'en pleurerais d'émotion tant c'est beau,

    je ne l'aurais pas cru...

    Bon, l'histoire est trrrrès triste, dramatique

    mais les voix!

    ce que les voix étaient belles

    et l'orchestre...

    et les choeurs....

    rien à voir avec un opéra poussiéreux comme je me l'imaginais!

    Voici, l'air le plus connu

     

     

    cet après-midi, il y avait cinq chanteurs

    le choeur se trouvait dans la fosse avec l'orchestre;

    voici une autre version...


    5 commentaires
  •  

    ...mais les parents surveillent !

    Il fait calme ....

     

    Il fait calme ....

     

    Il fait calme ....

     

    bon, bien sûr,

    ce sont les photos prises vendredi

    alors qu'il faisait beau !


    3 commentaires
  •  

    Concert Thaböö

    c'était hier soir...

    nous avons vécu une belle soirée de partages

    Bernard et Daniel avaient invité

    des amis musiciens pour les accompagner

    dans  un beau programme

    de compositions personnelles

    merci Bernard

    voyez aussi ICI


    votre commentaire
  •  

    "Pour l'amour d'une rose,

    le jardinier est le serviteur de mille épines."

     

    Ces roses-ci sont "sauvages"

    ce sont mes préférées

    Lorsque mes parents ont acheté leur maison , dans les années 60

    celle-ci était entourée de roses sauvages, comme celles de la photo.

    J'adorais ces fleurs, ce sont elles qui rendaient la maison plus jolie

    (dans ma petite tête d'enfant).

    Lorsque mes parents ont fait tout arracher, j'ai été très triste.

    Ils ont donné à la maison le nom du village de mon père.

    C'était Russeignies, qui avec toutes les subtilités à la belge , était passé en territoire flamand

    et s'appelait dorénavant "Rozenaken".

    Et voilà, la maison porte ce nom-là...sans plus aucune rose!


    4 commentaires
  •  

    Aujourd'hui, j'ai passé plus de temps à me promener dans le parc,

    les cygnes s'attendaient peut-être à ce que je leur donne du pain

    et ils se sont avancés vers moi;

    lorsqu'ils ont compris que je n'avais rien

    ils s'en sont allés...

     Coucou !

     

     

    Coucou !


    2 commentaires
  • ...et ne se ressemblent pas,

    bizarre que cette première journée de l'été

    maussade pour les fêtes de la musique!

     

    des concerts annulés en raison du mauvais temps, le parc interdit

    pour la même raison,

    et bien , une amie et moi, nous avons joué nos morceaux préférés,

    pour le plaisir...

    nous avons pas mal de projets musicaux

    alors, il faudra faire ce qu'il faut pour les réaliser

     

    Les jours se suivent


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires