• encore un texte que je remonte...

    11.10.2009

    waouah! un an déjà!

    comme le temps passe

    et...comme tout change!

     

     

    automne

     

     

    Je pense

    très fort

    et mes pensées éclatent dans le ciel

    comme un feu d'artifice

     

    des pensées

    sombres comme le fond de l'océan

    noires telles une nuit sans lune

    lorsqu'hurlent les fantômes

     

    Je pense

    donc je suis là, ici

    sous vos yeux

    dans votre bureau

    ou à la maison

    ou, dans le tram, encore

     

    j'existe

    mal

    mais j'existe

     

    Je pense tout le temps

    à eux, mes enfants

    ou à la musique

    ou les deux à la fois

    ça m'empêche de penser à moi

     

    Je pense

    et ça m'aide à vivre

    à continuer d'exister

     

    Je pense

    je marche et j'avance

    dans un désert garni avec l'absence

    et ... vers

    le vide

     

     

    ©Brigitte D.

    Automne 2009

    automne...

     


    4 commentaires
  • Ce soir, je relis ...mes textes....et retrouve celui-ci

    A un ami qui me manque...

     

     

    Un texte que je retrouve ce soir
    A toi,
    mon ami qui m’écoute
    Ou,
    à toi qui passes ce soir par ici...
     
    Peut-être te retrouveras-tu dans ce texte écrit à l’époque
    pour mon ami qui m’accompagnait en musiques et en chansons
    Il se peut que tu te retrouves dans cette personne
    "forte et solide" comme un arbre...
     
    Peut-être

     

     

     

     

    Tu sais mon ami…

     

    Lorsque le mal t’atteint

    et te blesse à en mourir…

    Que tu cherches ta route dans le chagrin

    et ne sait comment cela va finir…  

     

    Quand tu n’en peux plus de lutter

    et perds toute raison d’espérer…

    Lorsque tu penses en finir avec la vie,

               Ne veux même plus te confier à ton ami… 

     

                                           

    Alors…

     

      Ecoute le chant de la pluie à ta fenêtre,

     

    Vois le sourire de ce vieux hêtre…

     

    Entends l’oiseau qui t’appelle dans la lumière

     

    Puise ta force dans la beauté de l’éclair…

     

    Respire la fleur qui s’ouvre à l’aurore

     

    Emplis-toi du calme de la clairière qui dort encore…

     

    Accueille {lessence} de la vie…

     

     

     Parce que tu sais…

     



    Toi ! 




    Tu es l’arbre qui renaît à l’aube d’un nouveau jour
    et laisse , en bourrasque, s’envoler les feuilles de son passé

    Tu es celui qui distille l’amour comme un troubadour
    et traverse les saisons sur un pas cadencé
     
    Tu es ce grand chêne aussi fort qu’il pardonne
           alors que par tant de cœurs ton corps est blessé,
     
     

    Tu es l’ami qui resplendit par tout ce qu’il donne
    lorsque doucement tu viens nous bercer

    Du bout de tes branches tu illumines nos soirs de tristesse
    quand avec le piano , simplement tu entonnes
    ce chant si doux qui se termine avec allégresse
    alors que chacun autour de toi s’abandonne        
     
     

     

    Brigitte Demets,  juillet 2004  

     

     

     

    Je ne sais plus où j'ai trouvé le tableau que j'ai posté au-dessus du texte;

    j'espère que l'auteur me pardonnera,

    s'il passe par ici,

    et me donnera son adresse de site pour que je puisse mettre le lien


    votre commentaire
  • Un texte de derrière les fagots

     

    Imagine,

    imagine que tu te retrouves dans le désert

    -parce que, sans mots,

    tu es dans le désert-

    Tu réalises un jour que les mots te fuient

    ou plutôt...que tu perds les mots

    Il est déjà trop tard...et

    tu te retrouves seule

    avec ton secret....

     

    arcachon-dune-pilat

     

    Que diront les collègues?

    et les enfants dont tu es responsable

    et qui doivent terminer l'année avec succès?

    Comment faire pour que personne ne sache,

    ne se rende compte?

     

     

    Et tu te caches,

    honteuse que ça t'arrive...

    et tu ne comprends pas!

     

    Perdre les mots,

    perdre la parole, sa parole

    c'est perdre le lien avec les autres

    c'est s'isoler

    se perdre,

    c'est s'enfermer...

     

    Comment se fait-il que je me sois retrouvée un jour dans ce désert-là...

    je ne me l'explique pas.

     

    J'ai longtemps marché, seule, vaille que vaille,

    dans le désert, puis,

    j'ai trouvé l'oasis qu'il me fallait

    et...me suis reconstruite

    Brigitte

     

    « Et me voilà devant vous, but de ma course,

    les doigts tendus comme des trous

    vers la lumière d'une source »

    Nougaro

     

    fleurs-exotiques-sanguinet-france-1259990186-1120493


    1 commentaire

  • votre commentaire
  •  


    votre commentaire
  • Et si ?

    Si  la Terre s’arrêtait un instant de tourner ?

    Juste un instant !

    Vous savez, comme lorsque je joue avec les enfants et que je leur dis : la musique s’arrête,

    nous faisons une statue…

    Celle que représente quelqu’un de …content…ou….de généreux…..ou de fâché ,  de triste, d’affamé….

    Il y a de quoi jouer longtemps !

     

    Mais non : je demande que tout s’arrête juste un instant.

    Juste le temps de repartir à zéro, de faire la paix  avec  .. . soi-même ,  avec les autres !

     

    Un tout petit moment pour prendre conscience

    que nous sommes responsables de notre avenir ici-bas, tous responsables  ,

    chacun à son niveau !

     

    Prendre conscience et agir !

    Tous et chacun à la fois...

     

    Si la Terre s’arrêtait une seconde pour que les hommes deviennent capables de s’aimer

    et oublient le pouvoir et les guerres…

     

    Si,

     

    Si,

     

    Si…..

     

    Et si ?

     

     

     

     

     


    1 commentaire
  •  

    c'est une de nos quêtes...

    voici un texte que j'ai dû écrire en 2003



                                              
     Le bonheur n’est pas loin
                                               Cherche-le bien…
                                               Le bonheur est tout près
                                               Prends un temps d’arrêt !

                                               Il est bien caché,
                                               tellement protégé…
                                               Le bonheur est en toi
                                               Pourquoi ne le vois-tu pas ?

                                               Le bonheur …c’est toi,
                                               alors que tu avances à petits pas

                                               pour aller le chercher là-bas...

                                               Le bonheur est devant mes yeux
                                               C’est ce qui me rend si joyeux !

                                         Brigitte, dans le métro, le 2mars,10h12


    Le bonheur


    7 commentaires
  •  

     

     

    Une minute ne suffit pas

    Un instant, c’n’est pas assez

    Pour penser à ceux qu’la mort achoppa

    Pour effacer ces regards angoissés

    -1-

    A chaqu’ seconde un enfant tend la main

    A Bruxelles, à Paris ou au Sahel

    Tu sais bien qu’il ne verra pas demain,

    Et qu’sa mort, sera pas accidentelle !

     

    Une minute ne suffit pas

    Un instant, c’n’est pas assez

    Pour penser à ceux qu’la mort achoppa

    Pour effacer ces regards angoissés

    -2-

    L’enfant soldat là-bas au Katanga

    Le gamin taliban d’Afghanistan

    La petite kamikaze au Sri Lanka

    Le petiot du Farc parfait combattant

     

    Une minute ne suffit pas

    Un instant c’n’est pas assez

    Pour penser à ceux qu’la mort fauchera

    Pour noyer tous ces regards apeurés.

    ©Brigitte Demets

     

    Une minute ne suffit pas


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique